03 août 2012

TROP TÔT

Et la nouvelle est tombée au creux de l'oreille, depuis le smartphone, la voix de Mimi, un vendredi 6 juillet en fin de matinée. "C'est moi qui l'ai retrouvé. Il était dans son lit." Je devinais dès ses premiers sanglots, mais je refusais de comprendre. Je voulais l'entendre dire le mot accident, parce que c'était trop tôt. Perdu. J'ai tout de suite repensé au dernier coup de téléphone. Lui et moi. Je l'ai entendu retenir ses larmes lorsque je lui parlais de venir tous les trois passer du temps avec lui. Comme si c'était trop tard, comme s'il le savait déjà. Je me souviens d'une phrase du genre "c'est bien ce que tu fais, comment tu mènes ta barque, tu fais très bien les choses". Et Mimi, effondrée, qui s'en voulait de quoi? Je lui répétais à quel point elle avait été là pour lui. J'ai raccroché. Je n'ai rien réalisé, juste pensé mathématiquement aux choses que j'allais devoir faire. Au nombre de fois où je lui disais de régler cela. Stupide, mais ça occupe l'esprit. Et puis la noirceur de la nouvelle commençais à s'emparer de moi lentement. Parce que c'était trop tôt pour moi. C'était pas dans mes plans. Alors je me suis énervé sur Reason, jusqu'à ce qu'une base de morceau sorte de je ne sais où, comme par hasard. Puis j'ai prévenu par texto mes collègues et responsables. Le soir même, j'ai travaillé, comme j'ai pu, donc dans un état second. Mes lèvres ont soulevé pendant huit heures inqualifiables, un sourire particulièrement lourd. J'ai ramassé quelques miettes de sommeil. Dans le lit, puis dans le train. 

Posté par nightcrawler à 02:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur TROP TÔT

Nouveau commentaire