11 mars 2011

JAMAIS TRES LOIN

L'écriture, ça repart. En fait, l'envie n'est jamais très loin. Je la vois danser autour de mon quotidien. Elle est là, en train de me sourire derrière l'épaule d'un client. Je l'entends me murmurer : "Eh Oui!" lorsque je regarde mon appareil photo numérique en panne. Je sens sa main sur mon épaule lorsque je m'acharne à aboutir une composition musicale sur l'ordinateur.

J'éprouve une certaine nostalgie, je sais à quel point c'est risible, d'une période d'amitié soudée par cet envie sans cesse entretenue de nous lire. Sommes-nous encore vivants sans cette musique intérieure?

Sans même cette stupide collégialité du groupe, nous nous sommes projetés dans la promesse étriquée des réseaux sociaux. Avec une certitude teintée de cynisme, nous nous sommes vautrés dedans en hurlant : "c'est le futur!" puis nos mains ont accueilli les smart phones, voir même, certains se sont mis à brandir des tablettes numériques comme Moïse avec les 10 commandements.

En lâchant le verbe pour l'aparence, nous avons touché un fond qui était bien plus celui qu'on évitait à tout prix que celui qu'on cherchait à atteindre.

Les soirées d'appartement sont devenues sordides. Brouhaha. musique de merde. Conversations inutiles. Frénésie d'alcool. Mauvais traits dans les chiottes. Nos distractions trouvent principalement leur axe dans l'encombrement. Meubler, pour ne pas voir, ne pas entendre, ne pas parler.

Ne plus les attendre pour écrire.

Il y a eu ces prises de bec avec D. qui souhaitait que j'écrive mais, depuis notre différent, et malgré l'apaisement miraculeux que procure la perte d'amis communs qui auraient voulu que la guerre cessât entre nous, les mots sont repartis en rafales. Et je suis tellement moins tendre, hélas.

D comme Damages. Il est Patty Hewes et je suis Ellen Parsons. 

Je n'aime pas que l'on détourne ce que j'écris, que l'on se serve de mes textes pour régler de vieilles querelles.

Je déplore ceux qui pensent que leurs fins justifient les moyens.

Je souhaite écrire librement, sans peur d'être détourné, sans chercher les pics de stats.

 

Posté par nightcrawler à 03:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur JAMAIS TRES LOIN

Nouveau commentaire